Catégorie: Religion
Éditeur: Alphonse PICARD & Fils - Paris
Pages: 41
Bibliothèque: Version électronique uniquement
Année: 1893
Lien: Lien

Résumé

Gaston Febus commence à écrire ce livre le 1er mai 1387 et le dédie à Philippe, duc de Bourgogne et comte de Flandres. Les deux premiers chapitres sont écrits en latin et rappellent Les confessions de Saint-Augustin par leurs expressions de contrition. Les 34 autres peuvent être considérés comme des psaumes faisant appel à la miséricorde divine (Début de la troisième oraison) :

Devant toy sancte Trinité, un Dieu omnipotent, Père, Fils et saint Esperit qui ne desires pas la mort des pécheurs mais la repentance, moy chétif et foible pécheur, ne me repellisses de ta souveraine pitié. Ne regarde, Sires, mes péchiez immondes et laides cogitations par lesqueles ploureusement ie sui séparé de toi. Mais espande sur moi la large clémence de ta bénignité. Ne permetes, Sires, de ma mort elléchier mes ennemis en enfer ou nessun ne se confessera à toi; mais ayes mercy de moy, oppressé par charge de péchiez, otroye à moy dolent, ie te prie, ta grâce, et me délivres de tous maulx passez, présents et avenir, de subite et pardurable mort de toute pestilence et misère, de tout escandel et péril de désirer maligne et de einne perverse et de tout péchié. Oste moy, Sires, tous mes crimes et iniquités et négligences.

Contrairement au Livre de chasse, magnifiquement enluminé, Le livre des oraisons est austère. Il fut imprimé pour la première fois en 1893, d’après un manuscrit de la Bibliothèque Nationale de France par l’abbé béarnais de Madaune (1838 – 1…). (avec traduction du latin en français).